Archive Monthly Archives: avril 2014

Protocole insuffisance de prise de poids du nourrisson

[et_pb_section transparent_background= »off » allow_player_pause= »off » inner_shadow= »off » parallax= »off » parallax_method= »on » padding_mobile= »off » make_fullwidth= »off » use_custom_width= »off » width_unit= »off » custom_width_px= »1080px » custom_width_percent= »80% » make_equal= »off » use_custom_gutter= »off » fullwidth= »off » specialty= »off » admin_label= »section » disabled= »off »][et_pb_row make_fullwidth= »off » use_custom_width= »off » width_unit= »off » custom_width_px= »1080px » custom_width_percent= »80% » use_custom_gutter= »off » gutter_width= »3″ padding_mobile= »off » allow_player_pause= »off » parallax= »off » parallax_method= »on » make_equal= »off » column_padding_mobile= »on » parallax_1= »off » parallax_method_1= »on » parallax_2= »off » parallax_method_2= »on » parallax_3= »off » parallax_method_3= »on » parallax_4= »off » parallax_method_4= »on » admin_label= »row » disabled= »off »][et_pb_column type= »4_4″ disabled= »off » parallax= »off » parallax_method= »on » column_padding_mobile= »on »][et_pb_text background_layout= »light » text_orientation= »left » admin_label= »Text » use_border_color= »off » border_style= »solid » disabled= »off »]

Je reprends sous forme d’un article le protocole « Insuffisance de prise de poids de l’enfant allaité » (nourrisson de 3 jours et plus) qui a été rédigé en mai 2010 au sein du Coréam « au Coeur de L’Ouest un Réseau Allaitement Maternel » de Châteaubriant et auquel j’avais activement travaillé avec le Dr Laurent Sarthou pédiatre, Dr Ysabelle Moriaux Gynécologue, Blandine Pineau et Véronique Duclos sages-femmes.

En cette saison où les naissances sont nombreuses, il est important de rappeler que le premier mois d’allaitement d’un nouveau né est une période sensible.

Je vous invite à le lire, l’imprimer, le diffuser autant que vous voudrez, en citant les auteurs et la source bien sûr ( http://coream-ch.e-monsite.com/pages/insuffisance-de-poids.html) 🙂 et ce pour le bien être des bébés et de leurs mamans 🙂

***************

Site source :  http://coream-ch.e-monsite.com/pages/insuffisance-de-poids.html  le 18 avril 2014

Protocole « Insuffisance de prise de poids de l’enfant allaité » Conduite à tenir

Rédacteurs : Dr Laurent Sarthou pédiatre, Marie-Christine Eustache  (animatrice LLL à l’époque)

Vérificatrice : Véronique Duclos sage-femme

Approbatrices : Dr Ysabelle Moriaux Gynécologue-Obstétricien, Blandine Pineau, sage-femme

                1. I- PREREQUIS

– La prise en charge d’une femme ou d’un enfant malade doit être organisée sous la responsabilité d’un médecin

– Ce document vise à l’information des adhérents de l’association CORéAM et ne représente pas une autorisation de prodiguer des soins par des personnes non médecins ou non habilitées

– Le contenu de ce document est une aide au diagnostic et au traitement, il n’engage pas la responsabilité du médecin rédacteur. Le médecin examinateur de l’enfant et de sa mère reste libre et responsable de ses prescriptions.

                1. II – OBJET ET OBJECTIF DU DOCUMENT

  • Définir la limite inférieure de prise de poids de l’enfant nécessitant une intervention.

  • Identifier les signes d’un mauvais transfert de lait.

  • Réalimenter/réhydrater le nourrisson.

  • Accroître le volume de lait produit par la mère.

  • Favoriser le maintien d’un allaitement exclusif ou quasi exclusif dans la durée.

III – DOMAINE D’APPLICATION

  • Soignantes/soignants du réseau CORéAM.

  • Mères en bonne santé. Enfants nés à terme et exempts de toute pathologie.

  • Enfant(s) allaité(s) aux seins.

  • Enfants âgés de 3 jours et plus (après la période habituelle de séjour en maternité)

IV- DESCRIPTIF

A/ Prise de poids attendue:

Le nouveau-né allaité ne devrait pas perdre plus de 7% (si la mère n’a pas de montée de lait) à 8% (si la montée de lait est présente) de son poids de naissance (1) en deçà de cette limite, une intervention devrait être initiée.

A j5, la courbe de poids devrait être ascendante.

Le nouveau-né allaité devrait avoir repris son poids de naissance au 10ème jour. (6,7)

La prise de poids acceptable est de plus de 20g de par jour (2)et 140g par semaine au cours du 1er mois (8,9). En dessous de ces limites, une intervention devrait être réalisée pour accroître le volume de lait consommé par l’enfant.

B/ rechercher les signes d’un mauvais transfert de lait:

  1. Troubles du lien mère-enfant (échanges de regards, contact physique rare, pleurs non consolés…)

  2. Perte de poids après J3

  3. Méconium encore présent à J4

  4. Moins de 3 selles/24h chez l’enfant

  5. hypotonie, frein de langue court, ictère…de l’enfant

  6. engorgement sévère des seins de la mère mal soulagé par la tétée,

  7. absence de déglutition audible

  8. Nourrisson irritable, agité ou endormi, refusant de téter

  9. Moins de 6 couches mouillées par 24h chez l’enfant (4) (***)

Et chercher les causes possibles

  1. Tétées trop espacées moins de 6 tétées par jour (caractère individuel de chaque couple mère-enfant),

  2. Contraception hormonale (oestro-progestative et microprogestative), rétention placentaire, hémorragie importante lors de l’accouchement…

  3. Problème anatomique (hypogénésie mammaire, chirurgie mammaire (10))

  4. Séparation mère-enfant+++

  5. Mauvaise position au sein, mauvaise succion, utilisation d’une sucette (4)

  6. Mamelons irrités ou douloureux

Prendre un temps d’écoute avec le couple et élaboration conjointe de la stratégie la plus appropriée.

C/ Réalimenter/réhydrater l’enfant:

  1. L’enfant est en bon état général, semble avoir faim, reste vigoureux

    1. Mettre au sein dès les signes d’éveil (non pas «à la demande») et au maximum après 2 heures de la précédente tétée. Favoriser la proximité mère-enfant +++.

    2. Enseigner à la mère les signes d’une bonne tétée: bonne position corporelle, bonne prise en bouche, écoute de la déglutition…

    3. Pratiquer la super-alternance.

    4. Pratiquer la compression du sein.

    5. Au sujet du «lait de fin de tétée»… (**)

    6. La dyade mère-enfant devrait être revue 48-72 h plus tard.

    7. Une prise de 20 à 25g par jour est attendue.

  1. L’état de l’enfant n’est pas optimal ou les mesures ci-dessus n’ont pas été efficaces

    1. Toutes les mesures ci-dessus devraient être reproduites

Une perte de poids 12% devrait donner lieu à une consultation pédiatrique (examens complémentaires).

    1. Un complément de lait devrait être donné à l’enfant

      1. Le lait tiré par sa mère

      2. Un lait artificiel (*)

      3. Ration de complément : 50 ml/kg/j après les mises au sein, en 6 à 8 fois.

  1. Comment donner le complément à l’enfant ?

    1. Au doigt-paille avec sonde type Vygon™ 40 cm, charrière 6 (code 6281365). Elles peuvent être achetées à l’unité en pharmacie aux alentours de 2,40 €. S’il y a prescription la CPAM rembourse 0,54 € par sonde. Les sondes sont nettoyées après usage à l’aide d’une petite seringue.

    2. Au dispositif d’aide à la lactation (DAL)

    3. A la seringue

    4. A la tasse

    5. Au biberon (si l’enfant a plus d’un mois)

D/ Accroître le volume de lait produit par la mère.

  • Proximité mère-enfant, tétées plus fréquentes (10 à 12 par 24h), super-alternance, compression du sein devraient être les premières mesures mises en place

  • La mère devrait tirer son lait après chaque tétée (****). Le lait tiré sera donné à l’enfant ou conservé (ne jamais jeter du lait).

  • L’utilisation du tire-lait au-delà de la résolution du problème de poids permet à la mère de caler sa production de lait au-dessus des besoins du bébé, permettant à celui-ci des tétées plus faciles et plus abondantes.

  • Des plantes galactogènes peuvent être prescrites (sans argument scientifique fort). Fenugrec : 3 capsules 3 fois par jour (3)

  • Un traitement médicamenteux galactogène peut être prescrit (ex: domperidone (Motilium®, comprimés de 10 mg, 3 cp matin, midi et soir) (5)

  • En cas d’impossibilité d’arrêter les compléments et malgré les mesures mises en place, une insuffisance primaire de lait chez la mère devrait être explorée (environ 5% des cas – (2)).

E/ Suivi:

  • Le carnet de santé devrait être le support privilégié

  • Une pesée hebdomadaire de l’enfant devrait être organisée durant plusieurs semaines

  • Prise de poids attendue : 20 g/j minimum.

  • L’évaluation des objectifs de la mère (des parents) doit être régulièrement réalisée.

  • L’évaluation de la compréhension et de l’adhésion des parents vis-à-vis des moyens mis en place doit être régulièrement réalisée.

  • La suppression des compléments doit toujours être faite progressivement, avec vérification de la pesée de l’enfant (2)

Annexes:

(*) De nombreux «laits artificiels» sont disponibles, de la valeur desquels cette mise au point n’est pas l’objet. Deux types peuvent être utilisés: préparations pour nourrisson dit «lait 1er âge» (lait de vache ou de soja), ou «hydrolysat de protéine» le second ayant l’avantage théorique de ne pas sensibiliser (= rendre potentiellement allergique) l’enfant au lait de vache.

(**) Le lait est plus riche en lipides en fin de «vidange des alvéoles», ce qui ne correspond pas toujours à une «fin de tétée». L’élément primordial d’une bonne croissance est un apport suffisant de lait en volume quotidien (plutôt qu’en lipides) :600 à 690 ml/jour à partir de 2 semaines.

(***) «[L’enfant] urine six à huit fois par jour et ses couches sont lourdes» -soit 5 à 6 cuillères à soupe d’eau dans une couche sèche- «Les selles sont fréquentes et liquides le plus souvent surtout lors du premier mois. Elles sont d’aspect grumeleux et de couleur jaune d’or, et ont une odeur aigrelette.» (4). Une couleur verte signale un déséquilibre en lactose (tétées trop courtes)

(****) La mère devrait utiliser un tire-lait électrique double pompage de qualité professionnelle, automatique, efficace et confortable (Medela° Symphony, Medela° Lactina, Ameda° Lactaline, Avent IQ duo…). La location d’un tire-lait sur prescription médicale (médecin, sage-femme) est remboursée par la Sécurité Sociale (RSS TIPS 12,07 €/sem.) Prévoir l’achat d’un kit à usage personnel (30€, remboursé pour 6€): biberon pour recueillir le lait, téterelles (de taille adaptée au mamelon de la mère), tuyau.

Bibliographie:

  1. Prévenir les tragédies Les Dossiers de l’Allaitement n°51 Avr-Mai-Juin 2002 d’après MR Neifert Pediatr Clin North Am 2001;48(2):273-97 Prevention of breastfeeding tragedie

  2. Evaluer une prise de poids lente de la naissance à 3 mois chez l’enfant allaité Les Dossiers de l’Allaitement n°57 Oct-Nov-Déc 2003 d’après NG Powers. How to assess slow growth in the breastfed infant from birth to 3 months. Pediatr Clin North Am;48(2):345-63

  3. J Newmanhttp://mamadearest.ca/fr/info/newman/24-divers-traitments.htm(consulté le 5 février 2010)

  4. Réseau Sécurité Naissance-Naître ensemble en Pays de la Loire. Plaquette «Les signes d’une bonne tétée»

  5. J Newman http://mamadearest.ca/fr/info/newman/19a-domperidone.htm (consulté le 6 mars 2010)

  6. Macdonald PD, Rosse SR, Grant L, Young D. Neonatal weight loss in breast and formula fed infants. Arch Dis Child Fetal Neonatal Ed 2003;88(6):F472-6

  7. Shargo L. The relationship between bowel output and adequacy of breastmilk intake in neonates’ first weeks of life. in : Association for Women’s Health Nurs 1992;3(4):582-97

  8. Dewey KG, Heingig MJ, Nommsen LA, Lonnerdal B. Adequacy of energy intake among breast-fed infants in the DARLING study : relationships to growth velocity, morbidity, and activity levels. David Area Reserch on Lactation, Infant Nutrition and Growth. J Pediatr 1991;119(4):538-47

  9. Dewey KG, Peerson Jm, Brown KH, Krebs NF, Michaelsen KF, Perssonn LA et al. Growth of breastfed infants deviates from current reference data : a pooled analysis of US, Canadian an European data sets. World Health Organization Xorking Group on Infant Growth. Pediatrics 1995;96(3 Pt1):495-503

  10. Cruz NI , Korchin L. Breastfeeding After Augmentation Mammaplasty With Saline Implants Ann Plast Surg. 2010 Mar 29.

 

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]
Share

Autonomie des enfants, liberté des parents

Il est fréquent d’entendre des parents se plaindre que leur enfant n’est pas autonome, qu’il a toujours besoin d’eux, qu’il ne les laisse pas une minute en paix…

Quand ils sont tout petits, ils arrivent que les parents les laissent en garde « pour qu’il soit autonome », « pour qu’il s’habitue ».

Mais de quelle autonomie parle-t-on ?

Pour quoi ? dans quels buts les parents souhaitent que l’enfant soit autonome ?

Quand on parle d’autonomie, il faut bien différencier les points suivant :

l’autonomie affective
l’autonomie motrice
l’autonomie fonctionnelle

L’autonomie affective

Pour avoir une autonomie affective un enfant a besoin d’une sécurité intérieure, il a besoin d’être sûr que l’adulte sera là pour lui en cas de besoin. L’adulte c’est souvent en premier lieu la mère, le père puis la personne qui le garde c’est ce que l’on appelle l’adulte de référence. La sécurité affective nécessite un temps prolongé qui se compte en mois voir en année et non en jour chez un tout petit ( moins de 6 mois). Cette sécurité sera établie dans le temps par des contacts répétés, (quotidiens ou presque) et prolongés (30 minutes, 1 heure ou plus). Les contacts doivent être sécurisant, rassurant, maternant et interactif.
Il faut rappeler que le petit d’homme né à l’état inachevé par rapport aux autres mammifères qui peuvent marcher quelques heures seulement après la naissance. Durant les mois qui s’écoulent entre la naissance et la marche acquise, le petit d’homme a un besoin absolu et sans discontinuer d’une présence adulte à ses côtés, cette présence sera nécessaire encore un certain nombre d’années il ne peut ni manger, ni boire il est entièrement dépendant.
Lorsque cette sécurité intérieure est établie, que le tout petit sait que l’adulte référent (ou les adultes référents) est toujours là pour lui, il pourra explorer le monde qui l’entoure. Plus la présence sera de qualité dès la naissance, plus vite le seuil de sécurité minimal pour se tourner vers le monde sera atteint.
En cas de séparation à la naissance, de garde par un nombre important de personnes différentes durant les premiers mois de vie, de manque de présence maternelle et paternelle (maladie, dépression, travail éloigné…) le seuil de sécurité affective sera atteint plus tard voir même qu’une fois adulte lors d’un travail thérapeutique.

Cette autonomie (sécurité) affective est donc longue à construire et fragile puisque c’est celle qui lui permet d’ETRE seul sans crainte pour aller découvrir le monde.

L’autonomie motrice

C’est celle qui permet à l’enfant de se développer seul.
Celle ci commence rapidement, dès la naissance. En effet, mis au sein le bébé va téter naturellement, si les conditions de naissance ont été bonnes, l’encadrement bienveillant et l’état de santé bon. Il sait faire seul. Au fur et à mesure qu’il va grandir, toujours si les adultes référents et encadrant lui font confiance, il passera de la position sur le dos, à la  celle sur le ventre puis se mettra à ramper pour ensuite s’asseoir avant de partir à 4 pattes et enfin se mettre debout.
Toute cette progression il a la capacité à la FAIRE SEUL, sans intervention de l’adulte pour le mettre assis ou debout. L’adulte sera là pour le rassurer, l’encourager pas pour faire à sa place. Il est donc autonome dans son développement.

L’autonomie fonctionnelle

C’est celle qui va lui permettre de fonctionner pour lui même et avec les autres. A cette longue étape l’adulte va éventuellement intervenir pour lui montrer comment FAIRE. L’enfant aura déjà appris par l’observation un grand nombre de chose et sera en mesure de les reproduire. Il va apprendre à se laver les mains, faire sa toilette, s’habiller, se déshabiller, manger avec une cuillère, une fourchette… Il va aussi apprendre comment se comporter en société : mettre un mouchoir sale à la poubelle et non par terre, dire « bonjour », regarder avant de traverser… tout cela c’est l’apprentissage de la vie, du quotidien. En grandissant, il apprendra à se faire à manger, laver son linge, faire ses comptes…
A ce niveau, le travail de l’adulte est intense et important puisque l’enfant a tout à apprendre ! Enfin, tout ce qu’il n’a pas déjà appris par lui même en observant.

La période pour le développement de cette autonomie commence dès les premiers pas et demande du temps et de la patience. Pour enfiler sur un pied une petite chaussette il va en falloir des essais et encore des essais pour y arriver, l’enfant a la volonté, l’envie de le faire et il arrive que ce soit l’adulte freine cet élan en habillant l’enfant. En effet, dans le quotidien d’une vie active avec un travail à l’extérieur il est difficile pour les parents de prendre le temps de laisser l’enfant s’habiller seul le matin dans ce cas cet apprentissage se fera chez l’assistante maternelle, peut être en crèche si le personnel le permet.
Il y a beaucoup de chose pour lesquelles l’enfant apprendra à être autonome, si vous faites le tour de chaque geste nécessaire au quotidien dès le réveil cela vous donnera une idée de l’ampleur de la tâche !

Et oui, parce que l’autonomie fonctionnelle complète c’est jusqu’à l’autonomie financière, l’âge à partir duquel l’enfant devenu adulte aura un travail pour louer un logement, acheter sa nourriture, payer ses factures… donc après avoir passé les 18-20 ans.

Marie-Christine Eustache
Coach en parentalité et en relation de couple
avril 2014

Share

Avancer dans la vie sans stresser

 

Recevez une série de 6 vidéos exclusives pour découvrir le rythme à adopter pour être un parent zen et pleinement épanoui

Vous avez réussi votre inscription