Parent mais pas seul – permettre à l’enfant d’avoir plusieurs référents

 

Des parents certains disent qu’ils sont des « parents jardiniers », des « parents conscients » j’ajouterai qu’ils sont aussi des « parents guides ».

 

Les parents ont planté une graine, ont créé un enfant. Ils vont en prendre soin ou déléguer ce travail à d’autres ne s’en sentant pas en capacité de le faire matériellement, psychologiquement. Cependant quoi qu’ils fassent, ils resteront à vie les créateurs de cet être.

 

Vient ensuite le temps de faire en sorte que cette graine puisse se développer. Un jardinier prendra soin de la qualité de la terre, du degré d’humidité, de l’ensoleillement, de la température… autant de paramètre qui feront que la graine se développera ou pas. Le parent qui élève l’enfant est un jardinier lui aussi qui aura à cœur de prévoir le meilleur environnement possible, la meilleur nourriture, les soins les mieux appropriés pour que l’enfant puisse s‘épanouir.

 

Je dis « le parent » car il arrive qu’il(elle) soit seul(e) à élever l’enfant, bien sûr cela est plus aisé quand il y en a deux.

 

Le parent au fil de ses découvertes et des besoins de l’enfant partira à la recherche d’information, prendra conscience de l’incidence de telle ou telle action sur le développement et le bien être de l’enfant. Cela pourra aussi rentrer en conflit avec ses besoins propres et là, la situation peut devenir complexe.

 

Le parent est aussi un guide pour l’enfant, il est un modèle. Le bébé, le jeune enfant admire l’adulte qui s’occupe de lui et l’aime d’un amour sans limite. Un guide c’est celui qui explique. On peut visiter une exposition d’art moderne avec ou sans guide, sans guide, il se peut que l’on ne comprenne pas grand chose aux messages de l’artiste. On peut partir en haute montagne avec ou sans guide, le risque d’accident est plus grand pour une personne inexpérimentée de s’aventurer sans une personne d’expérience qui connaitra les dangers à éviter. Pour l’enfant c’est pareil, il peut grandi sans guide ou avec. C’est l’adulte qui a cette place de guide vis à vis de lui cependant c’est l’enfant en grandissant qui choisit le guide qu’il souhaite pour l’accompagner et il peut en avoir autant que ses besoins le nécessitent. Il pourra avoir des instituteurs pour apprendre à lire, à écrire, à compter… Il pourra avoir un professeur de musique pour explorer le plaisir de jouer d’un instrument, un entraineur sportif pour s’initier aux joies de l’exercice physique… Le parent, ou adulte référent, a sa place de « chef d’aiguillage » en quelque sorte ou de « bureau de renseignement général » il sera le point d’ancrage de l’enfant; il sera aussi sa base d’attachement à partir de laquelle il pourra visiter d’autres univers que le cocon familial.

Le parent n’a pas l’obligation de tenir tous ces rôles pour l’enfant, il peut être juste parent en veillant au bien être affectif et matériel de l’enfant et selon mon point de vue, il est même préférable que l’enfant puisse avoir plusieurs autres référents en fonction de ses besoins. Ainsi il se sent moins enfermé, obligé de suivre le seul adulte dont il dépend pour sa survie.

C’est le parent qui pourra lui proposer ces ouvertures vers d’autres accompagnants, par exemple suite à une question de l’enfant à laquelle l’adulte ne sait pas quoi répondre il peut lui dire « je ne peux pas te répondre cependant je pense que si tu poses ta question à untel, il pourra te dire, il s’y connait dans ce domaine » ou encore en l’amenant à consulter un livre. Ce type de fonctionnement va libérer l’adulte de cette charge qu’il imagine de devoir être tout pour l’enfant et va laisser libre l’enfant d’avoir d’autres points d’attaches.

Marie-Christine Eustache

Coach parental, 31 mars 2014

 

 

Share

Avancer dans la vie sans stresser

 

Recevez une série de 6 vidéos exclusives pour découvrir le rythme à adopter pour être un parent zen et pleinement épanoui

Vous avez réussi votre inscription