Sélectionner une page

Un nourrisson peut se muscler naturellement de manière douce et sans mouvement brusque quand il est laissé sur le dos. Cette position lui laisse la liberté de mouvoir sa tête de droite à gauche pour fortifier ses muscles sans crispation. Elle lui permet de lever ses bras, d’ensuite pouvoir découvrir ses mains, les observer. Puis vient le tour de l’observation des pieds qu’il peut lever et amener à lui. Il fera aussi des mouvements de rotation sur les côtés faisant ainsi travailler les muscles obliques. Les heures passées à faire ses exercices de musculation sans effort durant plusieurs semaines lui assureront pour l’avenir un tonus musculaire plus important lui permettant d’évoluer vers les positions de retournement puis de déplacement sur le ventre,

De cette position et de cette liberté de mouvement sans entrave nait également un sentiment de satisfaction, et de compétence, grandement nécessaire en grandissant pour continuer ses apprentissages.

Résumé partiel du document N°68 « Mouvements négligés » Dr Emmi Pikler 1981

J’ai pu observé un petit garçon qui avait souffert à l’accouchement, il avait eu un gros hématome au niveau de la nuque. Le médecin avait recommandé d’être très prudent et vigilent sur le maintien de sa tête afin qu’il n’ait pas de séquelle plus tard. Dès les premières semaines, il était posé sur le dos, musclant naturellement sa tête en la tournant de droite à gauche. Il a passé de longues minutes à observer ses mains, plier, déplier ses doigts un à un, tourner ses poignets. Et moi, d’aussi longues minutes d’observation avec bonheur de le voir faire méticuleusement chacun de ses gestes.

A l’âge d’un an le médecin qui l’avait vu nourrisson a été très surpris de l’état de sa nuque, aucune séquelle de l’hématome, la tête était parfaitement mobile.

En grandissant, il a développé des capacités en motricité fine impressionnante, démontant et remontant le téléphone portable de sa mère avec un petit tournevis, il avait 4 ans je crois (il avait pour modèle son père qui le faisait sur des ordinateurs).

C’est aujourd’hui un petit garçon de 7 ans, très musclé, qui ne s’est jamais blessé en tombant, même lorsqu’il a fait un soleil avec son vélo passant par dessus le guidon.

Bien sûr, le respect du développement de l’enfant en motricité libre ne signifie pas qu’il sera totalement exempt de douleurs, de crispations à l’âge adulte, cependant les réflexes dynamiques et posturaux auront été acquis naturellement assurant des mouvements souples et harmonieux.

Une autre observation d’une petite fille qui a eu une naissance difficile également avec spatules. Elle a grandit sans la motricité libre, inconnue à l’époque de ses parents et de l’assistante maternelle. A 11 ans, en 6ème, elle fait une première sciatalgie, le dos bloqué, une pointe douloureuse dans la fesse, le médecin prescrit des séances de kiné. Elle ira  une fois les séances de kiné finies, presque tous les mois durant plus d’un an chez l’ostéopathe pour cause de déplacement au niveau du dos. Rien n’y fait, les douleurs sont régulières, le dos se bloque souvent. Heureusement, sa maman découvre la rééducation dynamique et posturale, outil magnifique pour remédier à l’absence de fonctionnement de certains muscles. Les muscles de la nuque de fonctionnent pas tous, elle ne peut pas projeter sa tête en avant sans un mouvement d’épaule. Sa jambe gauche réagit moins (visible en séance de patinage où seule la jambe droite peut la propulser). D’autres points sont travaillés également au niveau du dos. Après 2 fois 6 semaines de travail 2 fois par semaine sur des mouvements précis, les blocages cessent.

Soyez rassuré si vous découvrez seulement aujourd’hui la motricité libre pour votre enfant, ce qu’il n’a pas été acquis pourra être récupéré par ce type de rééducation.

Prolongez votre découverte avec l’article « le 4 pattes avant la position assise »

 

 

 

 

Share
Devenez des parents inspirants

Devenez des parents inspirants

Recevez des informations mensuellement

Vous avez réussi votre inscription